KINETICA

Publié le par bg

 

KINETICA - Lieux d'expérimentations cinématographiques en Europe
vient de paraître aux éditions La passe du vent

 

 

KINETICA recense 31 lieux que l'équipe du Gran Lux a visités au cours d'un périple en Europe - à la fois des lieux de production cinématographique indépendants animés par des artistes et des espaces atypiques de diffusion et de projection - révélant ainsi la richesse d'un réseau informel et vivant.

Carnet de voyage et de rencontres, cet ouvrage commandé par le Ministère de la Culture et de la Communication souligne la vitalité des arts photochimiques contemporains et la pertinence de la pratique des supports argentiques en ce moment charnière dans notre histoire où s'impose le tout-numérique. Nulle nostalgie ou revendication de la souveraineté d'un support vis-à-vis de l'autre, mais rappel de la nécessité de faire coexister des approches et des savoir-faire, des modes de fabrication, de diffusion et de réception bien spécifiques. Dans le dossier que les Cahiers du Cinéma n° 672 de novembre 2011 consacrent à "la révolution numérique", Jean-Philippe Tessé rappelle que le support argentique (35 et 16mm, Super 8...), qui fonde encore notre relation intime au cinéma, offre un champ lexical qui a trait à l'ontologie de l'image cinématographique telle que la concevait Hervé Bazin : la fenêtre sur le monde, l'empreinte du réel, la révélation, l'impression, la persistance rétinienne... Une expérience sensible.
À l'heure où la norme digitale envoie à la casse le mécanisme subtil qui, depuis son invention il y a plus de 100 ans, entraine 24 blocs de temps et d'espace par seconde, produisant un événement de lumière sur un écran (l'ensemble du circuit commercial en France et dans le monde sera équipé en DCP d'ici fin 2012), KINETICA parcourt des espaces où l'image projetée reste encore une épiphanie chimique, un instant fragile et privilégié ; c'est un ouvrage qui nous invite à découvrir une écologie de lieux qui, de Berlin à Londres en passant par Bordeaux, nous offrent d'autres manières de voir.

 

 

Morceau choisi :

 

"Ce livre est un voyage. Repérer des étapes, organiser nos déplacements avec plus ou moins de logique : il fallait agir vite.
Si le vent de la précipitation nous a fait commettre des impairs, des oublis, des recadrages sauvages, qu’ils nous soient pardonnés.
Chacune de nos visites-éclair prit la forme d’une collecte. Photographier en rafales, faire connaissance illico, poser l’enregistreur-son sur la table, embarquer des documents, dormir ou pas chez l’habitant etc. : c’est avec cette matière que sont fabriquées ces pages.

La mission : faire le portrait de lieux habités par des acteurs du cinématographe. Trouver des architectures qui n’ont rien, ou plus rien, à voir avec le cinéma mais où prospère justement cet art jeune.
Partageant nous-mêmes cette expérience, ce fut l’occasion de pouvoir parler boutique.
Comment fonctionnes-tu ? Ce bâti, cet outil, comment l’avez-vous conçu ? Vos envies folles ? (Secrets de fabrications), mots, parole(s), codes, noms, marques, légendes, déroutes, cuisine… autant d’informations qui ouvrent sur un nouvel horizon.

Traverser ces dédales d’installations cinématographiques, de réappropriations équilibristes, c’est trouver la vitalité d’un art qu’une industrie ne sait plus ni fabriquer, ni diffuser. Si on ne se laisse pas tourner la tête par les chiffres, si on refuse la dépendance technologique, on découvre alors que le cinéma est une pratique libre et accessible. Comme celle d’un peintre.
Fabriquer un film, élaborer une programmation, tendre un écran, projeter des œuvres originales est un sacerdoce, une recherche passionnée toujours en mouvement (une pensée), un travail. Il a très peu à voir avec les canons, les labels, les habitudes mornes, les révolutions techniques si pratiques qui ne visent qu’une chose : l’uniformisation et son corollaire, le contrôle.

Ce guide, c’est l’arbre qui cache la forêt. Il permet d’entrevoir un vaste rhizome qui depuis des années se développe, s’organise (en parallèle). Passeurs, spectateurs, artisans, artistes, cinéastes, collectionneurs se réunissent à l’abri de murs anciens où les mécanismes de perception du cinématographe sont envisagés comme une expérience vivante qui n’a, à ce jour, livré que quelques-uns de ses secrets.
Cette communauté d’esprit n’est pas à la marge. Elle ne voue pas un culte à de vieilles lunes. Elle n’exploite rien. Surface sensible à la lumière, elle folâtre, toujours sur la piste de nouvelles investigations."

 

 

KINETICA
Lieux d'expérimentations cinématographiques en Europe

Collection Politiques culturelles et territoires
ISBN : 978-2-84562-189-3
(20 x 21 cm, 144 pages)

 

est disponible auprès de l'éditeur La Passe du vent
http://lapasseduvent.com/

 

ou de l'association Monoquini
info[at]monoquini[dot]net
T. 05 56 21 85 29

au prix de 12 € (+3,80 € de frais d'envoi)

 

Sa lecture peut-être prolongée par l'exploration des sites
www.kino-climates.org
et
www.filmlabs.org


 

Commenter cet article