CORPUS

Publié le par bg


CORPUS /

Architecture

& sonorités


DU 4 DECEMBRE 2009 AU 27 JANVIER 2010

PAU - BORDEAUX - DIVERS LIEUX EN AQUITAINE

 

Monoquini est partenaire de CORPUS / ARCHITECTURE & SONORITES, un événement proposé par le collectif Art of Failure, accueilli en résidence par l'OARA et présenté dans le cadre de la 9ème édition du festival accès(s) cultures électroniques. Le projet multimédia Corpus propose une intervention sonore sur 4 sites aquitains choisis pour leurs spécificités architecturales. Chaque intervention est l'occasion de participer à une expérience sonore unique de mise en vibration d'espaces architecturaux. En parallèle, une série de rencontres avec des artistes évoluant aux intersections entre le son et l'architecture, permettront de percevoir et de vivre les enjeux actuels de ces croisements.

 

ARCHITECTURE & SONORITES est un cycle de rencontres aux intersections entre art sonore et architecture, sous les angles pratique, théorique et historique. Ces soirées débutent par une conférence d'un artiste à l'OARA et se poursuivent par la présentation d'un projet sous forme d'installation, de concert ou d'exposition.

 

http://corpus.artoffailure.org/


////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

ACHIM WOLLSCHEID [DE] /

JEUDI 10 DECEMBRE 2009

 

 

conférence /

co-organisée par jeudis multimédias et le Goethe Institut

18H30 > MOLIÈRE-SCÈNE D'AQUITAINE, 33 RUE DU TEMPLE, BORDEAUX

> entrée libre

 

installation /

De 20H30 A 0H00 > MONOQUINI, 85-87 RUE DE MARMANDE, BORDEAUX

> entrée libre / petite collation offerte

 

Achim Wollscheid est un artiste multimédia dont le travail durant les 20 dernières années a été à l'avant garde de la musique expérimentale. Il a réalisé et présenté des projets d'installations dans le monde entier. Son travail sonore l'a conduit a s'intéresser aux relations entre son, lumières et espace architectural qu'il traduit dans des projets électroniques et interactifs en espace public. Il est un des membres fondateur de Selektion, une association de production et de distribution, pensée comme un système d'information alternatif aux médias institutionnels. Son livre, The terrorized term, a été publié par Selektion en 1999. Il vit et travaille à Francfort.

 

http://selektion.com

 


////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

 

PYRAMIDE DE L'ENSAPbx - BORDEAUX /

VENDREDI 11 DECEMBRE 2009

installation sonore

& projections de films /


> Pavillon noir de Pierre Coulibeuf

 

19H A 21H | ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D'ARCHITECTURE ET DE PAYSAGE DE BORDEAUX, DOMAINE DE RABA, TALENCE

> entrée libre

 

Le temps d'une soirée, Corpus investit la pyramide des étudiants en architecture et en paysage de Bordeaux. Cette structure de verre, de métal et de bois, marquant l'espace de rencontre de l'école, est animée par un dispositif sonore mettant en vibration l'ensemble des éléments constituant l'édifice.

En parallèle à cette installation, l'association Monoquini propose dans l'amphithéâtre de l'école une sélection de films d'artistes en lien avec l'architecture, où personnages/performers communiquent de façon singulière avec leur environnement, les objets et éléments en présence, dotés d'une acoustique propre.


Corpus filmique :

(détails ci-dessous)


CARAVANE

Bertran Berrenger

(France, 2002, vidéo, couleur, 5’25)

ENTROPIE

Jérôme Thomas

(France, 2002, vidéo, n&b, 10')

PAVILLON NOIR

Pierre Coulibeuf

(France, 2006 , 35mm transféré en vidéo, couleur, 23')

SOMEWHERE IN BETWEEN

Pierre Coulibeuf

(France, 2004 , 35mm transféré en vidéo, couleur, 67')


Durée de la séance : 1H45


////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

CARAVANE

Bertran Berrenger

(France, 2002, vidéo, couleur, 5’25)

Distribution : Light Cone

Une partition pour mobilier de caravane interprétée par deux esprits frappeurs : le duo d'artistes Rouennais Fabrice Bertran et Jean-Paul Berrenger, qui se livrent depuis leur rencontre voici dix ans à de courtes et cocasses actions filmées, consistant entre autres à amplifier les sons émis par les objets du quotidien et leur environnement.


ENTROPIE

Jérôme Thomas

(France, 2002, vidéo, n&b, 10')

Conception : Frédéric Dryja, Jérôme Thomas.

Production : Le Fresnoy/Studio national des arts contemporains. Participation : CG Meurthe et Moselle, Ville de Nancy, musée La Piscine/Roubaix.

Distribution : CNC/images de la culture

Une jeune femme est réveillée en plein rêve par un robinet qui fuit. Lorsqu’elle se lève pour le fermer, les objets qui l’entourent se mettent à vibrer de manière surnaturelle. Elle cherche à comprendre, mais la voilà à nouveau transportée dans un rêve. Le film met en scène la danseuse et chorégraphe Emmanuelle Huynh dans une atmosphère insolite où tout semble soumis à la loi de l'entropie.

 


PAVILLON NOIR

Pierre Coulibeuf

(France, 2006 , 35mm transféré en vidéo, couleur, 23')

Production : Regards productions, Fine Arts Unternehmen/Suisse, Cityzen Télévision, Images Plus. Participation : CNC, ministère de la Culture et de la Communication (DAPA), ministère des Affaires étrangères, Procirep, Angoa, Centre Pompidou, CPA Aix-en-Provence, CR Provence-Alpes-Côted'Azur.

Distribution : CNC/images de la culture

Du réel à la fiction, reliant architecture, danse et cinéma, Pierre Coulibeuf ne cesse de confronter images et concepts. Ce film, qui mêle humour et rigueur formelle, brasse de multiples codes. Il y a du burlesque, une satire du monde du travail et une méditation sur le corps et ses possibilités. Cadrages et mouvements, lignes, angles et brisures façonnent un labyrinthe fictionnel qui reconstruit les plans de l’architecte, la configuration spatiale du Pavillon noir. Tel un météorite dans la ville, l’édifice conçu par l'architecte en pensant au chorégraphe fait l’objet d’une visite peu ordinaire. L’énergie, les forces, le vide et le corps sont les thèmes explorés dans cette création spéciale composée de scènes et de tableaux chorégraphiés dans les différents espaces du bâtiment. Inspiré par sa forme proche du constructivisme, Pierre Coulibeuf a recours à la fiction pour mettre la réalité à l’épreuve.

(Irène Filiberti)

 

 

SOMEWHERE IN BETWEEN

Pierre Coulibeuf

(France, 2004 , 35mm transféré en vidéo, couleur, 67')

Production : Regards productions, Halolalune production. Participation : CNC, ministère des Affaires étrangères, TV5, RBB/Arte, Mezzo, TV10 Angers, RTBF, SF DRS, SVT, NRK, YLE, Media.

Distribution : CNC/images de la culture

Meg Stuart, chorégraphe américaine dont la compagnie Damaged Goods est installée en Belgique, élabore ici une création originale "à partir d'expériences de la vie réelle, en observant les gens dans la rue, notamment les marginaux," comme elle le précise elle-même. Le travail cinématographique de Pierre Coulibeuf (tourné en 35 mm) suscite mouvements et attitudes à travers différentes scènes (parking, appartement, extérieurs) au climat étrange.

"Quelque part dans l’entre deux" est un espace de rencontre entre le cinéma et la danse. Meg Stuart inspire à Pierre Coulibeuf un récit filmique discontinu, comme une projection mentale. Le quotidien est la source de son travail chorégraphique. Son regard s'attache aux comportements, aux gestes de la vie de tous les jours, en privilégiant certains motifs : la solitude, la relation aux autres, les états du corps ; les gestes se décalent, se détachent, comme s’ils naissaient de cette appréhension. Pierre Coulibeuf s’intéresse au portrait, cadre visages et corps dans les différentes architectures où les protagonistes, à la fois danseurs et acteurs, évoluent. Murs de béton brut, palissades, coursives, entassement de réfrigérateurs... il fait apparaître la lisière qui sépare et réunit les choses. La porosité de la frontière entre les deux langages crée un espace autre, où l’art recompose la réalité.

(Irène Filiberti)

 

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

JEAN PHILIPPE ROUX [FR] /

JEUDI 17 DECEMBRE 2009

 

 

conférence /

18H30 > MOLIÈRE-SCÈNE D'AQUITAINE, 33 RUE DU TEMPLE, BORDEAUX

> entrée libre

 

installation /

De 20H30 à 0H00 > MONOQUINI, 85-87 RUE DE MARMANDE, BORDEAUX

> entrée libre / petite collation offerte

 

Constatatant la complexité et la spécialisation croissantes du travail humain, Jean-Philippe F. Roux fonde son activité sur une pratique a-centrée de musicien, plasticien, webmaster ou performer. Qu'il travaille seul, en collaboration ou en collectif d'artistes, il met en œuvre des dispositifs de tension entre figuration et abstraction, geste d'auteur et appropriation de formes existantes.

Pour l'espace de Monoquini, Jean-Philippe F. Roux propose S&YON, un environnement sonore et lumineux pour six enceintes acoustiques et huit poursuites de théâtre, horloge subjective où le présent est suspendu dans l'attente d'un spectacle.

 

http://jeanphilipperoux.com

 

http://purepresence.eu

 


////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

 

Projet accueilli en résidence par l’OARA et présenté dans le cadre de la 9ème édition du festival accès(s) cultures électroniques, en partenariat avec l'école nationale supérieure d'architecture et de paysage de Bordeaux, A Suivre...Lieu d'art, avec le soutien technique de des beaux arts de Bordeaux.

Commenter cet article