YOU'VE GOT A LIGHT ?

Publié le par bg

                                                                                         affiche  A3 distribuée durant la soirée. conception graphique : Nicolas Maigret



YOU'VE GOT A LIGHT * ?


Samedi 21 mars 2009
de 20H00 à 21H57





Hangar G2 Bassin à flot n°1 - Quai Armand Lalande - 33300 Bordeaux
Tram B direction claveau : arrêt bassins à flot
tél. : 05 56 24 71 36
www.frac-aquitaine.net


Entrée libre



* (munissez-vous d'une lampe de poche !)
Pour cette soirée proposée dans le cadre de l'exposition DEAD AIR, l'espace du Frac est laissé dans l'obscurité complète à partir de 20H précises, hormis la lumière émanant des sources de projection et la réverbération même des films projetés. Les visiteurs sont donc invités à se prémunir d'une lampe de poche ou autre source de lumière électrique (téléphone portable, lanterne, frontal...) afin d'explorer l'exposition à leur guise et la découvrir "sous un nouvel éclairage".

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

"Le zen nous dit que si une chose est ennuyeuse au bout de deux minutes, essayez encore pendant quatre. Si c'est toujours ennuyeux, essayez pendant huit, seize, trente-deux et ainsi de suite. Eventuellement, on découvrira que ça n'est pas ennuyeux du tout mais très intéressant."
John Cage, in Silence, Denoël, coll. Lettres Nouvelles, 1970 et 2004.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>


ZEN FOR FILM

ZEN FOR FILM, réalisé par le compositeur et pionnier de l'art vidéo Nam June Paik, porte le numéro 1 au sein de l'anthologie des FluxFilms réunis par George Maciunas, consultables par ailleurs sur l'écran du Flux-Matic.
Conçu en 1962, d'une durée initiale variant entre 8 et 30 minutes, le film de l'artiste coréen est constitué d'une simple pellicule 16mm transparente qui se raye et accumule les poussières au cours de chaque nouvelle séance. Il se rattache ainsi au principe d'œuvre indéterminée qui a recourt au hasard, dans la continuité des pièces de John Cage, telles Imaginary Landscape n°4 (1951), Concerto pour piano et orchestre (1957-1958), ou encore 4' 33" (1952).
Le film en soi se soustrait à toute tentative de représentation, à une quelconque volonté de spectacle, et participe à une "expérience concrète", où tous les éléments d'une ontologie cinématographique -  pellicule, faisceau, projecteur - sont réunis dans un processus visible de production.
Ici, l'amorce transparente forme une boucle dans l'espace, captant la poussière ambiante. La piste magnétique - vierge - associée au support filmique, est amplifiée afin de donner à entendre sa détérioration progressive liée aux passages répétés durant la soirée.
Dans cet hommage que nous rendons au FluxFilm n°1, le projecteur 16mm Bolex, modèle S-321 de 1968, noble spécimen de technologie Suisse, dévoile sa mécanique d'horlogerie et ronronne doucement entre les imperturbables Furniture Sculptures du Genevois Armleder.



Photo : Mitchunderground / yobordeaux.canalblog.com

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

FLUX-MATIC

36 Fluxfilms sur Scopitone, en libre consultation
Le scopitone, invention française du début des années 60, est à l'origine un juke-box sophistiqué, rétro-projetant des films musicaux à l'aide d'un clavier de sélection, alliant ainsi l'image au son. Cette imposante machine aux antipodes de l'ipod, objet de divertissement révolutionnaire et très populaire en son temps, a néanmoins fini par tomber en désuétude avant de disparaître totalement des bars, cafés et boîtes de nuit, victime du succés de la télévision dans les foyers. Le scopitone, autrefois largement répandu, est aujourd’hui devenu pièce de musée et ne subsiste que grâce à l’intérêt que lui portent les collectionneurs.
Vidé de ses entrailles pelliculaires et remis au goût du jour numérique par le Monoquini Laboratory*, le Scopitone, rebaptisé Flux-Matic pour l'occasion, offre aux visiteurs les 36 touches de son clavier à l'anthologie complète des Films Fluxus, le temps de retrouver une place éphémère dans un FluxBar fantôme.




FluxFilms courtesy Editions Re:Voir

* (Monoquini Laboratory : Franck Bourdères, Bertrand Grimault, Dominique Labeyrie)

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

John Cage
ONE 11 WITH 103

(USA / 1992 / transfert DVD / 1H30)



Dernier grand projet de John Cage, ce film "sans sujet" est une "composition solo pour opérateur-caméra 35mm" qui repose sur la programmation de projections lumineuses. Il renoue ainsi, sur le mode de l'épure, avec les expérimentations mixed-media des années 60 (Variations, HPSCHD).
L'espace du plateau de télévision où le tournage a lieu est l'objet d'une série de dix-sept variations  en reflet à la composition musicale 103. Chaque séquence se compose de plus d'un millier d'opérations du hasard dans lesquelles le plateau ne se manifeste pas, mais où le spectateur est invité à trouver sa propre place. La première de cette pièce fut donnée par l'Orchestre Symphonique de la WDR de Cologne.


Courtesy Mode Records, New York

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Flora Watzal
PARABOL

(Autriche / 1999 / vidéo / 6 min.)



Une "parabole" sur l'expérience de vision (l'attache de l'oeil et du nerf optique est paradoxalement un "point aveugle" : ce point qui nous offre la vue ne peut voir lui-même).
Le centre de l'image est occupé par la coupelle blanche d'antennes paraboliques, présence muette d'objets urbains familiers que notre regard évacue au quotidien, et qui cependant sont censées faire pénétrer les images du monde entier dans la sphère privée.
Nous regardons le miroir parabolique, structurant l'image et l'environnement en une série de lentes surimpressions, et qui nous regarde en retour.


Courtesy Sixpackfilm, Vienne

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Katie Paterson
LANGJÖKULL, SNÆFELLSJÖKULL, SOLHEIMAJÖKULL

(GB / 2007 / triptyque vidéo / 1H57)

   

Durant une résidence de six mois en Islande, la jeune artiste britannique Katie Paterson a effectué des prises de son de trois glaciers subissant les effets du réchauffement climatique, dont les noms donnent son titre à la pièce présentée ce soir. Prélevant de la glace sur chacun des lieux, elle en a fait presser trois disques de format 33 tours, dont la gravure restitue ces enregistrements. Elle a ainsi donné un concert unique pour trois platines, les têtes de lecture jouant l'enregistrement des glaciers, puis au fur et à mesure, le son du support même fondant inexorablement. Ce qui découle de cet événement est une captation vidéo pour trois écrans.

Le triptyque de Katie Paterson est le cœur de la soirée. C'est une clepsydre de glace polaire qui en détermine la durée. Il faut une heure cinquante-sept minutes aux disques pour fondre intégralement. Avec eux, s'éteindront les autres dispositifs.


Vue de la projection du triptyque à même le sol du Frac. Photo © Mélanie Gribinski


www.katiepaterson.org

Courtesy l'artiste et Albion, Londres.

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Yann Leguay
INSTRUMENTAL ' ' ' '

(Belgique / 2009)



Version installation du projet live "Cutter_Off". Un disque vinyle vierge est placé sur une platine. La tête de lecture est remplacée par une lame de cutter, branchée sur micro-contact, qui va user progressivement la surface et créer le son. Il s'agit dans cette installation d'approcher les limites du support, afin de considérer son usure non plus comme une perte d'information mais au contraire comme fabrication de matière sonore.

www.phonotopy.org


>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Art of Failure
LAPS

(France / 2008)



LAPS est une installation sonore et visuelle qui utilise Internet comme un espace résonant. Un son est envoyé sur internet, puis revient dans l'installation, pour être renvoyé a nouveau. Ce cycle est reproduit à l'infini. Nourri par les erreurs de transmission, le matériau sonore est remodelé par son trajet dans le réseau. Ce flux sonore diffusé au sein de l’installation se complexifie progressivement et cristallise à chaque instant l’activité d'une partie du web. Cette "vie" du réseau est parallèlement transcrite dans l'installation sous la forme d’un paysage lumineux imaginaire.

http://artoffailure.free.fr/


>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Katie Paterson
Earth-Moon-Earth (4'33")

Quatre minutes et trente-trois secondes de silence ont été envoyées par signal radio de la Terre à la Lune, depuis Nakano-Ken au Japon. Ayant parcouru plus d' un million trois-cent mille kilomètres, le signal a été réfléchi par la Lune et est retourné sur Terre deux secondes et demie plus tard. Une correspondance par email et la copie d'un reçu de transmission, en un haïku crypté, témoignent de ce clin-d'œil nocturne à John Cage.



>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

Une soirée allumée par Monoquini
Pas vu à la télé et pas prêt d'y passer
Programmation : Bertrand Grimault & Nicolas Maigret


YOU'VE GOT A LIGHT ? n'aurait pu avoir lieu sans l'intérêt et l'implication des artistes et de l'équipe du Frac Aquitaine. Merci également à Dominique Labeyrie & Franck Bourdères (Monoquini Lab) et aux personnes qui nous soutiennent et qui se reconnaitront. Soirée réalisée avec le concours technique du CAPC Musée d'art contemporain de Bordeaux.





Commenter cet article